Aller au contenu
Aller au menu
rechercher
Aller au pied de page

Les actions de recherche

Contexte

En complément de l’éventail des mesures proposées pour lutter contre l’effet de serre (économies d’énergie, transports propres, énergies renouvelables…), la communauté internationale a reconnu le captage, stockage géologique et la valorisation du CO2 (CSCV) comme étant un moyen indispensable pour limiter le réchauffement de la planète.

Ainsi, en 1990, la thématique du CSCV s’inscrit dans un cadre international avec la mise en place d’un accord de mise en œuvre sur les gaz à effet de serre par l’Agence Internationale de l'Energie (IEA-GHG). Depuis 2001, l’ADEME représente la France dans ce programme, et dès lors, les acteurs français (organismes de recherche et industriels) décident de s’engager dans cette voie.

On distingue actuellement cinq pôles de développement importants de cette thématique: l’Australie, les États-Unis, le Canada, l’Europe et le Japon. Chaque pays développe une stratégie et un programme qui lui est propre afin de développer ses activités dans le domaine.

Animateurs de la filière CSCV

À l’international

De très nombreuses actions sont entreprises au niveau mondial ; ne sont cités ici que les principaux programmes ou actions auxquels la France participe :
 
  • Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat (GIEC) [Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC)]
Plaquette  , cliquer pour zoomer dans unenouvelle fenêtreOrganisation mise en place en 1988, à la demande du G7 (groupe des 7 pays les plus riches à l’époque: États-Unis, Japon, Allemagne, France, Grande Bretagne, Canada, Italie), par l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et par le Programme pour l'Environnement des Nations Unies (PNUE).
L'objectif de cette organisation est d'expertiser l'information scientifique, technique et socio-économique concernant le changement climatique.
De nombreux documents et rapports traduits en français sont accessibles sur le site Internet du GIEC
 
  • Programme Gaz à Effet de Serre de l’Agence Internationale de l’Énergie (IEA-GHG)[International Energy Agency Greenhouse R&D program (IEA-GHG)]
Fondé en 1991 par un accord de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), 17 pays participent au programme, ainsi que  la Commission Européenne et l’OPEC, et 14 multinationales y apportent leur soutien financier. L’ADEME, avec l’appui du BRGM et de l’IFPEN, représentent la France au Comité Exécutif.

Ce programme a pour objectif d'évaluer les technologies de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de diffuser les résultats des études et promouvoir la recherche dans ce domaine.

Plus d’informations (en anglais) sur le site Internet de l’IEAGHG
 
  • Carbon Sequestration Leadership Forum (CSLF)
Initié en 2003 par le gouvernement américain, 22 pays sont membres de ce Forum, dont la France, qui a pour objectif de promouvoir le développement et le déploiement des technologies de captage, transport et stockage géologique du CO2.

Plus d’informations (en anglais) sur le site Internet du CSL Forum
 

 
  • Global Carbon Capture and Storage Institute (GCCSI)
Créée par le gouvernement australien en 2009, le GCCSI est une organisation à but non lucratif regroupant un partenariat unique de gouvernements, industries, organisations non-gouvernementales et de recherche de tous pays, dont des acteurs de la mise en place du CSCV tels que le CSLF, l'AIE, l'Institut Mondial du Charbon, l'Institut International de l’Aluminium, la CCS Association, la Banque de Développement Asiatique, la Banque Mondiale, le Climate Group, la Clinton Climate Initiative et le Coal Industry Advisory Board.

L'objectif de cette organisation est de partager l’expertise nécessaire au développement du CSCV afin de réduire de manière significative les émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Elle gère un centre de ressources spécialisé dans le CSCV, réalise des actions de communication et de lobbying basées sur les résultats de projets de R&D et soutient des projets de CSCV.

Plus d’informations (en anglais) sur le site Internet du GCCSI

En Europe

  • Plateforme technologique européenne « Zero Emission Fossil Fuel Power Plants » (ZEP)
En 2005, la Commission Européenne, l’industrie européenne, des ONG et des scientifiques se sont associés pour fonder cette plateforme avec pour objectif de démontrer la capacité des centrales européennes à énergie fossile à atteindre un taux d’émission zéro d’ici 2020.
 

Plus d’informations (en anglais) sur le site Internet de la ZEP


  • Réseau d’Excellence Européen sur le Stockage géologique de CO2 (CO2GeoNet)
CO2GeoNet est un réseau rassemblant des instituts de recherche publics des pays européens pour promouvoir le déploiement de projets européens de stockage géologique du CO2.

Plus d’informations sur le site Internet de CO2GeoNet
 


  • Réseau de Transfert de Connaissances sur le CO2 (CO2NET)
Ce réseau thématique européen sur le captage et le stockage géologique de CO2 est destiné à faciliter les échanges entre toutes les parties prenantes (54 organisations dans 18 pays).

Plus d’informations sur le site Internet de CO2 net
 
 
 

 En France

  • Le Club CO2
Le Club CO2 est né en 2002 à l'initiative de l'ADEME, avec l'appui de l'IFPEN et du BRGM. Il constitue un élément clé de la structuration des actions françaises dans le domaine du captage, transport, stockage géologique et valorisation du CO2 (CSCV). Il répond, en effet, à la nécessité de mieux fédérer les actions nationales, tout en leur donnant une meilleure visibilité. Le Club réunit, sous la présidence de l'ADEME, les acteurs du monde industriel et de la recherche.
 
 
Plus d’informations dans notre rubrique : À propos du club
 
 


Les systèmes de financement

En Europe
 

  • Programmes Cadre de Recherche et Développement (PCRD)
Le premier PCRD fut créé en 1984, comme instrument communautaire de financement de la recherche et de l’innovation en Europe. Le 7ème PCRD (pour la période 2007-2013) finance notamment, sous forme de subventions, des projets de R&D portés par des consortiums européens.

Plus d’informations sur le site Internet de la Commission Européenne
 
 

En France

Sous la double impulsion de l’Europe et du Grenelle de l’environnement, la France s’est engagée dans la R&D internationale, s’est dotée d’un fonds de soutien aux opérations de démonstration, et finance, via l’ADEME et l’ANR, ses propres projets de recherche.
 
  • L’Agence Nationale de la Recherche (ANR)
Depuis la création de l’ANR, des appels à projets furent lancés annuellement entre 2005 et 2008 afin de couvrir les technologies de captage, transport et stockage du CO2 ainsi que les aspects transverses (sécurité, évaluation socio-économique, acceptabilité sociale, analyses de risque, règlementation, évaluation socio et technico-économique et évaluation environnementale) dans le cadre du programme de recherche « captage et stockage du CO2 ». Au total, 33 projets ont été financés par l’ANR, pour plus de 27 millions d’euros d’aides.

En 2011, l’ANR relance avec son programme SEED (Systèmes Energétiques Efficaces et Décarbonés) un nouvel appel à projets sur le CSCV.
Plus d’informations sur le site Internet de l’ANR
 
  • L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME)
L’ADEME a financé 28 projets de Recherche et Développement sur le CSCV entre 2003 et 2011 pour un coût total des projets de 20,8 M€ et une aide de 5,3 M€.

Suite à l’élaboration de la feuille de route de 2008 sur le CSC, qui a permis d’identifier les besoins de recherche, l’ADEME a lancé un appel à manifestation d’intérêt (AMI) concernant les démonstrateurs de recherche sur le captage et stockage du CO2. Ce fonds a pour objectif de soutenir le développement de démonstrateurs de recherche, équipements entre l’expérimentation et le développement commercial permettant de valider les résultats issus de la recherche. Trois grands projets , ainsi financés par l’ADEME, sont en cours de réalisation :
  • C2A2 (EDF, ALSTOM),
  • ULCOS TGR-BF (ArcelorMittal),
  • France Nord (Total).
En 2010, dans le cadre des Investissements d’avenir (IA), la gestion du programme « Démonstrateurs et plate-formes technologiques en énergies renouvelables, décarbonées et chimie verte » est confiée à l’ADEME. Un nouvel AMI sur la thématique CSCV a été lancé en 2011 pour le financement de démonstrateur pré-industriel.

En 2012, l'ADEME continue a soutenir les projets de recherche et développement sur le CSCV grâce au programme STOCKCO2 et de l'appel à projets "Conditions d'émergence des nouvelles technologies de l'énergie".


Plus d’informations dans la rubrique «  Le CSCV en pratique » et sur le site Internet de l’ADEME


 

haut de page